Échec au coeur de la réforme

par Jean-Philippe Pineault in Journal de Montréal, 19 novembre 2008

Le coeur de la réforme qui met de l'avant le programme controversé de la pédagogie par projets est un
«échec », révèle une étude dont le Journal a obtenu copie.

L'enquête, réalisée par des chercheurs de l'Université de Montréal pour le compte du Comité de gestion de
la taxe scolaire de l'île de Montréal, révèle que dans les écoles où les enseignants font très souvent des
projets de groupe, la proportion d'élèves qui obtiennent un diplôme au secondaire s'élève à peine à 55 %.

À l'inverse, dans les établissements où les enseignants boudent cette nouvelle méthode, le taux de
diplomation atteint 86 %.

«C'est vrai que c'est embêtant pour ceux qui mettent de l'avant ces méthodes pédagogiques », affirme
Pierre Lapointe, l'un des coauteurs de l'étude et professeur à l'Université de Montréal, qui ajoute que «sur
le plan politique, cette étude peut être effectivement agaçante pour plusieurs».

Le chercheur est toutefois d'avis que cela ne remet pas en cause la réforme. «Ça continue d'alimenter la
controverse, mais on ne peut pas penser qu'un nouveau programme a juste des effets positifs », dit-il.

Enseignement traditionnel

L'enseignement traditionnel obtient une bien meilleure note. Dans les écoles où les profs pratiquent très
souvent l'enseignement magistral, la proportion d'élèves obtenant un diplôme atteint 76 % tandis qu'elle
est de 67 % dans les établissements où on ne le pratique qu'occasionnellement.

«Ce sont des résultats assez troublants. La réforme a échoué dans ses fondements », juge Steve
Bissonnette, professeur de psychoéducation et de psychologie à l'Université du Québec en Outaouais.

Virage à 180 degrés

Robert Comeau, professeur associé au Département d'histoire de l'UQAM, qui a dirigé le collectif Contre la
réforme pédagogique qui vient d'être publié, est d'avis qu'il faut effectuer un virage à 180 degrés.

«Le problème, en ce moment, c'est qu'on essaie de changer des morceaux à la pièce, comme les bulletins.
C'est la base de la réforme qu'il faut changer », dit-il.

François Paquette, vice-président de la Fédération des comités de parents, est d'avis que l'étude
«questionne la pédagogie par projets », mais estime que la réforme ne doit pas être jetée à la poubelle
pour autant.

Pour leur étude, les chercheurs ont eu recours à des données de quatre cohortes d'élèves entrés à l'école
entre 1998 et 2001, totalisant 72 698 jeunes de l'île de Montréal. De plus, 212 enseignants ont répondu à
un questionnaire et 30 directions d'école ont été interviewées.

AUTRES CONSTATATIONS RÉSULTANT DE L'ÉTUDE

DÉMÉNAGEMENT DANGEREUX
50%

Si vous pensez aider votre enfant en lui offrant une nouvelle école, vous faites erreur. La proportion
d'élèves ayant changé d'école une fois pendant leur secondaire et qui obtiennent leur diplôme est de 50 %.
Leurs camarades qui ont fait toutes leurs études dans le même établissement décrochent leur diplôme dans une proportion de 66 %.

INTERRUPTION DES ÉTUDES
9%

Les élèves qui interrompent leurs études secondaires pendant une année sont pratiquement assurés de ne pas obtenir leur diplôme. À peine 9 % des jeunes ayant fait une pause pendant leur cursus scolaire
obtiennent en effet leur diplôme à l'âge de 20 ans ou moins.

PLUS DE CHANCES AU PRIVÉ
64%

Les élèves qui fréquentent un établissement privé ont cinq fois plus de chances d'obtenir un diplôme que
ceux inscrits dans le réseau public. Près de 90 % des jeunes obtiennent un diplôme après cinq ans,
comparativement à 64 % à l'école publique.

LES PROFS ONT UN IMPACT
57%

Les enseignants qui encouragent positivement leurs étudiants ont un impact indéniable sur leur réussite.
Dans les écoles où les profs rapportent ne jamais faire de renforcement social, le taux de diplomation
s'élève à 57 %, tandis qu'il est de 81 % dans les établissements où les enseignants disent adopter très
souvent cette stratégie.

ENVIRONNEMENT POSITIF
53%

Les élèves des écoles où l'environnement dans les classes est perçu positivement ont plus de chances
d'obtenir leur diplôme. Dans les établissements où les enseignants affirment que le climat éducatif est très
favorable, le taux de diplomation atteint 79 %. Par contre, il est de 53 % dans les écoles où leurs collègues
ont un avis opposé.

Source : Rapport sur l'environnement éducatif dans les écoles publiques et la diplomation des élèves de l'île
de Montréal

ENSEIGNEMENT TRADITIONNEL ET PÉDAGOGIE PAR PROJETS

L'ENSEIGNEMENT MAGISTRAL

Le prof utilise un enseignement plus traditionnel où il enseigne lui-même des notions et concepts. Les
élèves réalisent par la suite des exercices pour s'assurer de leur bonne compréhension.

LA PÉDAGOGIE PAR PROJETS
L'élève intègre plusieurs de ses apprentissages dans différentes matières en réalisant un projet. Épaulé
par l'enseignant, l'élève prend en charge son apprentissage.

Source : Ministère de l'Éducation, du Loisir et des Sports

Copyright © 1995-2008 Canoë inc. Tous droits réservés
source http://www2.canoe.com/cgi-bin/imprimer.cgi?id=420307