Par Charles-André Aymon, le 18 mars 2010, in GHI


L'Association refaire l'école (ARLE) ne désarme pas. Opposée à la réforme de l'école de commerce telle qu'envisagée par le Département de l'instruction publique ( GHI , 28.01), l'ARLE lance une pétition. Le texte enjoint le conseil d'Etat à renoncer aux modules. Basée sur l'enseignement de compétences et non plus d'une matière spécifique, l'approche modulaire nécessite - par exemple - la collaboration des professeurs de français et d'informatique pour enseigner la conception de lettres commerciales.

Elèves et économie


Pour Bruno Borsatti, professeur à l'Ecole de commerce Aimée-Stitelmann et membre du comité de l'ARLE, «cette réforme est une genevoiserie que n'impose pas la Confédération. Elle est introduite alors qu'on manque de recul sur son efficacité et la maîtrise d'un tel concept dans des classes de 24 élèves. Au final, ce sont les ados qui risquent d'essuyer les plâtres. Ce n'est pas acceptable.»

Les pétitionnaires demandent encore que la réorganisation - prévue pour la rentrée prochaine - mette l'accent sur les besoins du monde professionnel. Seule concession à l'enseignement par modules, qu'une commission d'experts en évalue «la pertinence et l'efficacité».


La pétition peut être téléchargée ici (fichier PDF).