Après la réforme de l'apprentissage de la lecture, puis celui de la grammaire, le ministre de l'éducation, Gilles de Robien, s'attaque aux mathématiques, un troisième chantier qu'il avait partiellement annoncé à l'automne 2006.

Un groupe de travail composé de spécialistes, dont des membres de l'Académie des sciences, sera constitué fin janvier, a annoncé mardi le ministère de l'éducation nationale. Il rédigera un document de synthèse qui servira à élaborer une circulaire réformant et renforçant l'enseignement des mathématiques à l'école primaire, dont la sortie est prévue en mars.

"L'ENSEIGNEMENT PRIVILÉGIE LA RÉSOLUTION DE PROBLÈMES"

Selon l'avant-projet de circulaire ministérielle pour la rentrée 2007, qui en recense toutes les nouveautés et mesures, "une attention particulière devra être apportée à l'enseignement des mathématiques. Là encore, l'école maternelle joue un rôle primordial, en permettant à chaque élève l'accès aux bases de la numération". Le texte souligne aussi que "la pratique du calcul mental doit être renforcée".

La circulaire devrait aussi s'inspirer d'un rapport de l'inspection générale sur "l'enseignement des mathématiques au cycle 3 de l'école primaire"  (CM1-CM2) remis en juin. "Depuis trente ans, priorité est donnée à un enseignement des mathématiques qui privilégie la résolution de problèmes", indique le document. Si "cette tendance est conforme aux orientations internationales dans l'enquête PISA (comparaison du niveau en maths à l'âge de 15 ans dans les pays de l'OCDE)" et que "les maîtres empruntent largement cette direction", "de nombreuses séances manquent de rigueur" car elles sont "trop complexes", poursuit le texte. Savoir les tables par cœur, calculer mentalement, savoir poser des opérations "sont des compétences insuffisamment travaillées", relèvent encore les inspecteurs généraux, qui préconisent de "commencer systématiquement" les cours de mathématiques par "un temps de calcul mental".

LEMONDE.FR avec AFP | 10.01.07 | 09h21