Communiqué de presse

Genève, le 24 septembre 2006

L’Association Refaire l’Ecole remercie la grande majorité du peuple genevois d’avoir soutenu son initiative pour le maintien des notes à l’école primaire. Elle pense qu’un pareil succès est le signe d’un véritable besoin de refonder l’école genevoise. Le malaise était tel qu’il s’est exprimé massivement. C’est aussi un soulagement pour la majorité des enseignants et des parents de ce canton, plongés depuis trop longtemps dans l’incertitude et dans l’inquiétude.

Tant la SPG, le GAPP que la FAPSE ont conduit l’école genevoise dans un chemin sans issue. La victoire est d’autant plus impressionnante que le Département de l’Instruction publique de Genève (DIP) et toute sa hiérarchie se sont fortement mobilisés pour faire pièce à notre initiative. Ce succès populaire scelle l’échec d’une politique porteuse depuis plusieurs années d’une conception laxiste de l’école, conception dépassée par les événements.

Nous l’avons assez répété : derrière les notes existe une vision de l’école, de l’élève et, finalement, du rôle de l’homme dans cette société. Nous pensons que c’est par la connaissance transmise pas à pas, apprise de manière structurée et ensuite clairement évaluée qu’un enfant peut s’élever avec le plus de chance vers un avenir qui s’est singulièrement compliqué. Cette conception est aujourd’hui approuvée par le peuple genevois, qui veut redonner une chance à tous les élèves.

Le manque de repères actuels, la confusion des principes éducatifs, ont rendu plus difficile à appliquer le principe de la loi genevoise qui entend corriger les inégalités. Dans cette optique d’équité, il est grand temps, pour le bien de tous et l’avenir de chacun, de refaire l’école.

En conséquence, l’ARLE demande à Charles Beer, ministre en charge du DIP, que la voix de la majorité de Genève soit représentée au sein des instances dirigeantes d’un Département qui ne peut plus poursuivre sa mission en vase clos sans tenir enfin compte de la volonté populaire.
 

Contacts :        André Duval, président (078 708 10 96).
Jean Romain, porte-parole (079 391 05 16)