in Tribune de Genève, le 25 septembre 2006

  • 75,7% des votants acceptent l’initiative de l’ARLE. Le contreprojet recueille 57,6% des voix.
  • Les partisans des notes saluent l’aube d’une «ère nouvelle». L’Entente enregistre sa victoire avec satisfaction.
  • Le Département va plancher sur un nouveau règlement. Les notes entreront en vigueur en août 2007.

Marc Bretton

Les partisans des notes ont remporté une victoire écrasante. Presque 76% des Genevois ont accepté l'initiative de l'Association Refaire l'école (ARLE). Ils ont accepté également, mais dans une moindre mesure, le contreprojet soutenu par l'Entente, l'UDC et le MCG. La messe est dite: les fameuses notes certificatives accompagnées des moyennes seront au rendez-vous de la rentrée 2007.

Pour les vainqueurs, la victoire est gouleyante comme un bon vin. Jean Romain, porte-parole de l'ARLE, la déguste en évoquant avec gourmandise «le début d'une ère nouvelle». Selon lui, «en Suisse romande et en France, c'est désormais une école humaniste fondée sur le mérite et la fermeté qui se met en place». (...)


Duval: «un signal clair»

André Duval, vous présidez l'Arle. Aujourd'hui, vous triomphez ?
C'est une grande victoire, mais ce n'est pas celle de l'Arle. C'est la victoire du bon sens, de l'école. Le coup de bluff du DIP, qui a modifié le règlement à la rentrée 2005, s'est retourné contre lui. Les gens ne sont pas aussi naïfs que cela. Ils se sont aperçus que le système introduit par Charles Beer était flou.

Quelle est la suite du programme pour l'Arle ?
Un tel résultat est un signal clair pour le DIP, la SPG (le syndicat des enseignants) et le GAPP (l'association faîtière des parents), qui doivent en tirer les conséquences et faire leur examen de conscience. Nous veillerons à ce que l'esprit de la volonté populaire soit présent au sein des instances du DIP.

Qu'avez-vous à dire aux enseignants déçus du résultat ?
Qu'il y a de la place pour eux dans l'école de demain. Mais ma crainte est de constater que les plus déçus sont les plus jeunes, frais émoulus de la Faculté des sciences de l'éducation, où ils ont été endoctrinés.

Comment comptez-vous travailler avec le Département ?
Contrairement au contre-projet, notre initiative laisse passablement de portes ouvertes. Les normes de promotion, par exemple, seront fixées par le règlement.Et nous nous bornons à demander que le passage d'une année à l'autre ne pas automatique. Cela permet de mettre en place toute une série de mesures d'appui avant d'en arriver au redoublement. Nous sommes ouverts à y travailler.
 



Beer appliquera l’esprit et la lettre de l’initiative de l’ARLE

MARC BRETTON ET JÉRÔME FAAS

L'initiative de l'ARLE a été acceptée massivement. Qu'allez-vous faire ?
Elle sera appliquée dans toutes les écoles, sans aucune dérogation, dès le 27août 2007. D'ici là, nous allons négocier le règlement d'application, notamment avec les initiants.

De quelle marge de manœuvre disposerez-vous dans ces discussions ?
L'initiative ne parle que de notes, mais pas de moyennes. Le Conseil d'Etat retiendra pourtant la logique des moyennes parce qu'elle figure dans tous les argumentaires de l'ARLE.

Les vrais enjeux porteront sur les conditions de promotion et les degrés. Nous devrons discuter des aménagements possibles avec les initiants. (...)