La direction du primaire va renvoyer une circulaire sur le passage non-automatique de la 1P à la 6P, pour remplacer la directive Guerrier, qui prônait le contraire. On plaide l’erreur de vocabulaire ! Contrainte à la palinodie, la Direction ne s’excuse pas d’avoir violé la loi sur l’instruction publique à son art. 27. On s’est trompé, c’est tout. Mais qui est dupe de cette feinte ?

Ce qui se cache derrière l’affaire Guerrier, dont cette circulaire n’est que la partie visible, c’est la profonde déliquescence de cet ordre d’enseignement. On ne sait plus où on en est.

D’une part, l’idéologie dominante, qui a perverti tous les étages de la hiérarchie prône une école du minimum, de la médiocrité, du moindre effort, et cela en vue de modifier la société trop sélective et prétendument élitiste. L'idée qu'on peut changer le monde en agissant sur les enfants, écrit Hannah Arendt, est une utopie politique mise en oeuvre dans les régimes dictatoriaux. Derrière cette idéologie pernicieuse, se cache la volonté de passer de l’égalité des droits (idée républicaine) à l’égalité des personnes (idéologie prônée par les « sciences » de l’éducation). Bien sûr, pour que les personnes soient égales, il faut trouver le PPCM, le plus petit commun multiple. Je pense même que c’est là la base idéologique de HarmoS.

D’autre part, le frein marqué à la dérive pédagogiste par la fameuse votation sur les notes, en septembre 2006, qui a sonné le début de la fin pour la visibilité de cette idéologie. En tout cas, la Rénovation au Primaire s’est brusquement arrêtée. Le peuple, ce jour-là, ne voulait plus de ceux qui ont fait main basse sur l’école. Mais ceux-là même qui se trouvaient aux premiers rangs ont simplement dû se masquer pour continuer leur travail de sape, à plus bas bruit.

Or chez nous, les défaites politiques n’ont aucune incidence sur les responsables en place. Les choses changent mais tout continue avec les mêmes dont on peut raisonnablement penser qu’ils n’entendent pas tourner leur veste. Le masque a changé, les objectifs sont identiques.

Le récent ajout à cette hiérarchie de 91 directeurs coulés dans le même moule idéologique facilite le travail des pédagogistes : en augmentant l’épaisseur du paravent, ils évoluent plus aisément dans la brume hiérarchique. Ce qui donne, parfois, cette circulaire qu’ils ont fait signer par une directrice acquise à leurs idées.
 
Jean ROMAIN