Principes de l’ARLE concernant le CO
établis en commission interne de l’Arle (ComACO)
approuvés à l’unanimité par l’Assemblée générale de l’ARLE du 31 octobre 2006
 


  1. Le but premier de l’école est d’amener chaque élève à s’instruire au mieux de ses capacités.
  2.  

  3. La cohérence de la formation repose sur l’homogénéité des regroupements d’élèves, lesquels sont:
    - PG(prégymnasiale)
    - G (scolaire, intermédiaire, générale ?)
    - P (pratique, en rupture, dérouté ?)
  4.  

  5. Chaque discipline est décrite dans un plan d’étude intelligible pour tous les partenaires de l’école: parents, directions, enseignants, politiques, monde économique et professionnel. Un document en adéquation avec les plans d’étude est élaboré à l’intention des élèves. Tous ces documents sont élaborés pour chacun des degrés et adaptés à chacun des niveaux.
  6.  

  7. Toutes les disciplines sont des disciplines de formation et/ou d’instruction et aucune ne doit pouvoir prendre la forme d’un loisir distrayant.
  8.  

  9. Les méthodologies valorisent la notion d’effort des élèves et renforcent la formation d’enseignant du maître.
  10.  

  11. Chaque discipline dispose de moyens d’enseignement (manuel de l’élève) qui sont communs à tous les élèves d’un même regroupement. Ils correspondent au plan d’étude.
  12.  

  13. Chaque section (regroupement – profil) est caractérisé par des disciplines principales (fr.– math) et par des disciplines spécifiques (latin – sciences – arts).
  14.  

  15. La cohérence de la formation des élèves repose sur l’apport cumulatif des enseignements dans la plupart des disciplines.
  16.  

  17. A l’intérieur du regroupement pré gymnasial tout changement de profil entraîne un rattrapage, donc un supplément de travail.
  18.  

  19. La promotion d’un degré à l’autre requiert la maîtrise des seuils d’acquisition définis dans les plans d’étude annuels.
  20.  

  21. En fin d’année scolaire, des épreuves communes contribuent à la vérification des acquis minimaux (seuils d’acquisition). Elles sont élaborées par des experts externes travaillant sur la base des plans d’étude et en collaboration avec les praticiens enseignants. Les copies sont corrigées par un collègue du maître titulaire.
L’Assemblée générale a tenu aussi à préciser à l’unanimité que les programmes ne sont pas les mêmes pour tous, qu’il faut fixer des seuils de maîtrise qui ne soient pas des alibis, qu’il faut retrouver une unité dans la gestion et l’évaluation du comportement. Enfin, il faut se soucier d’avoir un nombre suffisant de travaux d’évaluation certificative.