in Patrons No 1, janvier 2006 (publication du Centre patronal vaudois)

Le mode d’apprentissage de la lecture bouge dans le bon sens un peu partout... sauf dans le canton de Vaud!

Au Royaume-Uni, la ministre Ruth Kelly annonçait en décembre que la seule méthode acceptée à partir de la rentrée de septembre 2006 pour les élèves de cinq ans serait la méthode syllabique pure. Cette méthode permet à l’enfant de reconstituer le son à partir de la lettre, puis de découvrir le mot (ex: street, s-t-r-e-e-t). Sont donc abandonnées la méthode phonic analytic, une méthode semi-globale qui découpe le mot en syllabes (Street: str-eet), et la méthode globale whole word, qui fait découvrir l’histoire, les phrases, puis les mots dans leur contexte, à l’aide d’images.

Un mois plus tard, début janvier, c’est le ministre français Gilles de Robien qui envoyait à la trappe toutes les méthodes «à départ global», semi-globales ou mixtes, beaucoup moins efficaces que les méthodes à départ phono-synthétique, et même néfastes pour les enfants les plus fragiles parce que non conformes au fonctionnement du cerveau. La Finlande, toujours classée première en lecture dans les comparaisons internationales, applique depuis longtemps des méthodes phono-synthétiques.

En Europe, il n’y a bientôt plus que le canton de Vaud qui refuse de reconnaître l’apport des sciences neurocognitives à l’apprentissage de la lecture. Les quatre manuels de lecture français et le manuel canadien proposés aux enseignants par le Département de Mme Lyon sont tous, peu ou prou, à départ global. Aucune méthode alphabétique ou syllabique pure n’est proposée au corps enseignant vaudois. Il en existe pourtant d’excellentes sur le marché, de «Lire avec Léo et Léa» (Cuche et Sommer) à la fameuse méthode Boscher, en passant par les méthodes Montessori et Steiner ou «La clé des mots» (Josiane Jeannot) et «Jean qui rit» (Marie-Brigitte Lemaire), sans parler des méthodes conçues pour les parents comme la méthode Fransya    (Dr Ghislaine Wettstein-Badour), la «Méthode de    lecture pour tous les enfants» (Marie-Christine Olivier), «Bien lire et aimer lire» (Borel-Maisonny), «J’apprends à lire avec Sami et Julie» et la méthode Delille. (JPC)